FCK. Frédérick Gautier.

FCK Gautier

Frédérick Gautier assume pendant plus de vingt ans la direction artistique du lancement de divers projets culturels (Expositions, Éditions et films).

Il collabore avec Actes Sud lors du lancement de la collection « Papiers » en 1987, avec le groupe Pinault pour six expositions événementielles dont: « Frida Khalo » en 1992; puis UGC et Studio Canal pour lesquels il assure le lancement international de plus de 170 films. Il organise également une exposition des photogrammes de « Inland Empire » de David Lynch en 2007 pour la Fondation Cartier et la Galerie du jour Agnès B ainsi qu’un livre pour Wong Kar Wai avec Xavier Barral.

Parallèlement, il s’intéresse à la protection de l’agriculture et au développement des espaces vivriers à tel point qu’il décide de devenir paysagiste en 2009. Il se lance donc dans des études de 4 ans à l’École Nationale Supérieure du paysage de Versailles.

L’événement In Situ n°1, Art Contemporain et Patrimoine Historique.

En 2013, il réalise une performance non autorisée intitulée « Royal Splash ». Le grand canal de Versailles accueille ce plongeur imprévu, la performance est filmée par Agnès B. et le réalisateur Laurent Perreau, et les photographes Hervé Ternissien et Hossein Rouhi.

La performance sera ensuite diffusée dans le cadre du « Plastic Dance Floor de Versailles », festival en plein air tourné vers la création contemporaine.

De la maquette au modelage, du modelage à la céramique.

Dans le cadre de ses études, il se met à la fabrication de maquettes et se familiarise avec la technique du modelage.

C’est la rencontre; la rencontre avec la matière, la terre et la céramique, une rencontre sous le signe de l’évidence.

La céramique.

À la croisée de l’art et du design les céramiques de Frédérick Gautier parlent de fonction, d’outil, d’instrument, de nécessité, du nécessaire, et de formes utiles.

Dans ce travail s’instaure une dialectique entre la forme et l’organique, le vivant et le fabriqué, l’objet et l’espace, l’habitat et l’habité; entre l’immanent et le permanent.

Utilisant un répertoire de formes simples, l’artiste revendique ses filiations: le Bauhaus, Le Corbusier ou Mallet Stevens.

Frédérick Gautier travaille la céramique dans son atelier parisien et mène aussi dans sa production toute une réflexion qui questionne le matériau, le béton tout particulièrement.

Dans cette perspective moderniste proche d’une esthétique brutaliste, le travail de la matière est essentiel.

Les aspects de béton brut, les reliefs, les textures sont à privilégiés à toute ornementation.

En echo à ces formes simples, Frédérick Gautier signe ses créations: FCK, à la fois contraction de son prénom et sigle qui désigne dans le vocable de l’architecture la résistance caractéristique du béton en compression à 28 jours , soit une lune.

 

At the intersection of art and design, FCK’s ceramics explore the themes of necessity, utility, shape and form. Through his art, he establishes a dialectic between the constructed form and the organic, the made and the found, the object and the space, the feeting and the permanent.

By using a repertoire of simple shapes, the artist is influenced by Bauhaus, Le Corbusier and Mallet Stevens.

In June 2015, Frederick resided on the Louise Catherine, a boat converted by the architect Le Corbusier on the River Seine in Paris. While on site, Frederick Gautier conceived and produced the performance project Tx100, creating 100 tea-pots in concrete, that were exhibited in the raw space of the boat evoking reference to everyday objects and to ideas of nomadic microarchitecture.

Today FCK is working on differents projects with Maison Verrsen and others, all other the world.